Une sénatrice du parti Farc à l’ONU pour alerter sur le « désespoir » en Colombie
21 septembre 2018
0 commentaire
Share

Une sénatrice du parti Farc à l’ONU pour alerter sur le « désespoir » en Colombie

L’ex-commandante guérillera des Farc, Victoria Sandino, devenue sénatrice du parti ayant le même acronyme, était cette semaine à l’ONU à Genève pour alerter sur le « désespoir » en Colombie face aux manquements dans l’application de l’accord de paix.

« Je tenais à souligner que des progrès ont été réalisés en matière de paix en Colombie en ce qui concerne l’arrêt des affrontements armés. L’effusion de sang (…) a cessé », a déclaré Mme Sandino, dans un entretien à l’AFP.

« Mais nous sommes dans une phase très complexe, très difficile, quant à la mise en oeuvre » de l’accord signé fin 2016 avec le gouvernement colombien, a relevé celle qui est devenue sénatrice en juillet.

C’est une phase « de fort scepticisme, de désespoir même pour les gens qui ont traversé le conflit », les « victimes du conflit », les « millions de personnes (…) qui ont été déplacées de leur territoire, dépossédées de leurs terres », a insisté celle qui fut négociatrice de l’accord de paix pendant les pourparlers à Cuba.

Après l’accord de paix, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) se sont transformées en parti politique. Ce parti a dénoncé des manquements des autorités dans l’application du pacte, notamment dans les ressources promises pour la réincorporation des ex-guérilleros et leur sécurité.

L’arrivée début août à la présidence colombienne de Ivan Duque, qui a promis de modifier l’accord de paix selon lui trop indulgent envers les ex-chefs guérilleros, a renforcé les inquiétudes, a expliqué Mme Sandino. « Notre préoccupation est énorme », a-t-elle ajouté.

Arrivée mardi soir à Genève, Mme Sandino, 53 ans, a expliqué qu’elle avait rencontré cette semaine divers Rapporteurs spéciaux de l’ONU, dont le Rapporteur spécial sur la torture et celui sur les exécutions extrajudiciaires.

Elle devait également avoir un entretien vendredi avec la Haut-Commissaire adjointe des Nations unies aux droits de l’Homme, Kate Gilmore.

 

Avec  AFP

Commentaires

Aucun commentaire Être le premier à donner son avi

Rédiger un commentaire

Vos données sont en sécurité! Votre adresse e-mail ne sera pas rendu publique. Nous ne partageons pas vos informations avec de tiers personnes. Les champs obligatoires sont marqués par *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.