Soudan : reprise du dialogue entre l’armée et le mouvement de contestation
13 mai 2019
0 commentaire
Share

Soudan : reprise du dialogue entre l’armée et le mouvement de contestation

Le dialogue entre les militaires au pouvoir au Soudan et le mouvement de contestation reprend lundi dans l’espoir d’aboutir à une transition politique dans ce pays africain, sous la pression des milliers de manifestants qui campent devant le siège de l’armée pour exiger une administration civile.

Les discussions sur le transfert du pouvoir à une autorité civile, au point mort jusqu’ici, auraient initialement dû reprendre dimanche à l’initiative de l’armée, avait annoncé la veille l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), qui réunit les meneurs de la contestation.

« La réunion prévue pour aujourd’hui (dimanche) aura lieu lundi », a d’abord déclaré à l’AFP l’un des porte-parole de l’ALC, Rachid Al-Sayed.
Le porte-parole n’a pas précisé les raisons de ce report. Mais selon des sources au sein de l’ALC, il a été demandé par les composantes de la coordination afin d’achever des consultations internes avant la rencontre avec le Conseil militaire de transition.

Dimanche tard dans la soirée, le porte-parole du Conseil militaire de transition, le général Chamseddine Kabbachi, a confirmé la reprise des discussions lundi.

Les pourparlers se déroulent dans une « atmosphère optimiste », a dit le général Kabbachi dans un communiqué. Il a ajouté que les négociations visent à « parvenir à un accord sur l’organisation de la période de transition ».

Des milliers de manifestants campent depuis des semaines devant le QG de l’armée à Khartoum pour demander au Conseil militaire, qui a pris les rênes du pays après l’éviction du président Omar el-Béchir le 11 avril, de céder le pouvoir à une administration civile.

Les pourparlers entre les dirigeants de l’ALC, fer de lance de la contestation, et le Conseil militaire butent sur plusieurs points.
Les deux parties divergent notamment sur la composition d’un organe appelé à remplacer le Conseil militaire. L’ALC veut qu’il soit dominé par les civils tandis que l’armée cherche à ce qu’il comprenne une majorité de militaires.

Les généraux au pouvoir veulent en outre garder la Charia (loi islamique) comme source de la législation.

EDEN TV avec AFP

Commentaires

Aucun commentaire Être le premier à donner son avi

Rédiger un commentaire

Vos données sont en sécurité! Votre adresse e-mail ne sera pas rendu publique. Nous ne partageons pas vos informations avec de tiers personnes. Les champs obligatoires sont marqués par *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.