Soudan : la dispersion du sit-in de la contestation fait au moins 13 morts
3 juin 2019
0 commentaire
Share

Soudan : la dispersion du sit-in de la contestation fait au moins 13 morts

Le bras de fer entre les généraux au pouvoir au Soudan et la contestation a pris une tournure sanglante lundi avec la dispersion du sit-in des manifestants à Khartoum, qui a fait au moins 13 morts selon un comité de médecins.

Le Conseil militaire de transition a lui démenti toute « dispersion par la force » du sit-in: si une opération de sécurité a eu lieu, elle a visé un secteur « dangereux » proche de ce site emblématique faisant face au QG de l’armée et occupé depuis près de deux mois, a-t-il argué.
« Il n’y a plus rien à part les corps des martyrs que nous ne pouvons pas sortir », a de son côté avancé l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance de la contestation, alors que le lieu du sit-in reste inaccessible.

En réaction, l’ALC a annoncé interrompre « tout contact politique » avec le Conseil militaire. Elle a appelé à « la grève et la désobéissance civile totale et indéfinie à compter d’aujourd’hui », dans le but de « renverser le régime ».
Dans son dernier bilan provisoire, le Comité central des médecins, proche de la contestation, a fait état d' »au moins 13 morts » et « plus de 116 blessés ».

Des tirs provenant du lieu du sit-in ont été entendus tôt en matinée par un journaliste de l’AFP, qui avait fait état d’un déploiement important des forces de sécurité dans les rues de la capitale.
Les manifestants, qui réclament depuis des semaines un transfert du pouvoir aux civils, ont mis le feu à des pneus et érigé des petits murets avec des briques sur des routes accédant au lieu du sit-in, ainsi que sur d’autres axes de la capitale.
« Une tentative du Conseil militaire de faire disperser le sit-in par la force est en cours », a ensuite déclaré dans un communiqué l’Association des professionnels soudanais (SPA), membre de l’ALC.

Le Conseil militaire a donné une autre version des évènements.

« Nous n’avons pas dispersé le sit-in par la force », a dit son porte-parole, le général Shamseddine Kabbashi, à la chaîne de télévision Sky News Arabia.
Il a affirmé que les forces de sécurité avaient visé lundi matin un secteur « dangereux » proche du sit-in, où se déroulaient des activités illicites. Selon lui, de nombreuses personnes ont fui ce secteur « et sont entrées sur le lieu du sit-in », ce qui a résulté dans le départ des manifestants, d’après la même source.

EDEN TV avec AFP

Commentaires

Aucun commentaire Être le premier à donner son avi

Rédiger un commentaire

Vos données sont en sécurité! Votre adresse e-mail ne sera pas rendu publique. Nous ne partageons pas vos informations avec de tiers personnes. Les champs obligatoires sont marqués par *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.