« Sans mon vote »: à Téhéran, des habitants désabusés veulent boycotter les législatives
17 février 2020
0 commentaire
Share

« Sans mon vote »: à Téhéran, des habitants désabusés veulent boycotter les législatives

« Pas question d’aller voter! ». Comme Pari, nombre d’Iraniens confient vouloir s’abstenir aux législatives de vendredi, pour exprimer leur manque de confiance envers les autorités et leur lassitude face à des difficultés économiques aggravées par les sanctions américaines.

« C’est difficile pour tout le monde aujourd’hui en Iran et on n’en peut plus… on veut envoyer un message aux autorités », lance avec force cette habitante de Téhéran âgée de 62 ans, sous le regard approbateur de sa fille Kiana, 30 ans, une psychologue qui elle aussi entend déserter les urnes.

Près de deux ans après l’annonce par Washington du rétablissement de sanctions économiques, l’espoir de bénéficier de retombées de l’accord nucléaire de 2015 négocié par l’administration du président Hassan Rohani s’est évaporé et le pays s’enfonce dans la récession.

« Il n’y a pas de travail, pas d’avenir », lâche Kiana, les cheveux noirs de jais s’échappant d’un foulard, rencontrée avec sa mère dans un quartier commerçant huppé du nord de la capitale.
Même ici, les inégalités sont criantes: d’élégantes femmes au volant de 4×4 côtoient des vendeurs de rue couverts de crasse, leurs marchandises à même le sol.

Un enfant, cireur de chaussures, assis sur le bord d’un trottoir glacial, est ignoré par des livreurs à moto de « Snapp food » (l’équivalent local d’Uber Eats) luttant contre les embouteillages pour apporter leur déjeuner à des concitoyens plus fortunés.

Autant que leur incapacité à relancer l’économie du pays et à « tenir leurs promesses », Kiana reproche aux dirigeants leur « manque d’honnêteté », rappelant notamment que les autorités ont mis trois jours à reconnaître que c’est un tir iranien qui a abattu, « par erreur », un avion de ligne ukrainien début janvier.

Réélu en 2017, le président Hassan Rohani, un conservateur modéré, avait promis plus de libertés sociales et individuelles et assuré que les Iraniens bénéficieraient de sa politique de rapprochement avec l’Occident.

Avec AFP

Mots clés législatives, Téhéran

Commentaires

Aucun commentaire Être le premier à donner son avi

Rédiger un commentaire

Vos données sont en sécurité! Votre adresse e-mail ne sera pas rendu publique. Nous ne partageons pas vos informations avec de tiers personnes. Les champs obligatoires sont marqués par *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.