Madagascar : la justice annule une partie des lois électorales contestées par l’opposition
4 mai 2018
0 commentaire
Share

Madagascar : la justice annule une partie des lois électorales contestées par l’opposition

La Haute cour constitutionnelle malgache a partiellement donné raison à l’opposition en annulant une partie des nouvelles lois électorales à l’origine des manifestations qui visent depuis près de deux semaines le régime du président Hery Rajaonarimampianina.

Selon une décision postée dans la nuit de jeudi à vendredi sur son site internet, la plus haute instance judiciaire malgache a jugé « non conformes » à la Constitution » plusieurs dispositions de ces textes, notamment sur la révision des listes électorales, la durée des campagnes, l’utilisation des bulletins uniques ou les conditions nécessaires à la candidature à la présidence.

Depuis le 21 avril, des centaines de partisans de l’opposition occupent chaque jour la place du 13 mai, au coeur de la capitale, Antananarivo, pour dénoncer l’adoption des nouvelles lois électorales et exiger la démission du chef de l’Etat.

A sept mois du premier tour annoncé des élections présidentielle et législatives, ils estimaient que ces textes récents avantageaient le seul régime.

Dans son arrêt, la Haute cour a « extirpé » plusieurs dispositions contestées dans la loi organisant le scrutin présidentiel, dont le raccourcissement de la durée de la campagne électorale du second tour de 15 jours à 7 jours ou la possibilité de recourir à des bulletins de vote uniques.

« Il m’est encore difficile de me prononcer avant une lecture approfondie de la décision de la Haute cour constitutionelle mais, d’après ce que j’ai entendu (…) elle a quand même rectifié le tir », a déclaré à l’AFP, prudente, la députée d’opposition Brunelle Razafitsiandraofa.

« On avance vers les élections maintenant », s’est réjoui de son côté le président du parti présidentiel HVM, Rivo Rakotovao. « Aucun réexamen d’article n’est exigé, il y a juste des réserves », a-t-il indiqué, soulagé, à l’AFP.

La crise politique actuelle a débuté le 21 avril. Ce jour-là, une première manifestation de l’opposition contre les lois électorales, interdite par les autorités, avait dégénéré en graves affrontements avec les forces de l’ordre.

Avec AFP

Commentaires

Aucun commentaire Être le premier à donner son avi

Rédiger un commentaire

Vos données sont en sécurité! Votre adresse e-mail ne sera pas rendu publique. Nous ne partageons pas vos informations avec de tiers personnes. Les champs obligatoires sont marqués par *