Les députés britanniques rejettent l’accord de Brexit pour la 2e fois
13 mars 2019
0 commentaire
Share

Les députés britanniques rejettent l’accord de Brexit pour la 2e fois

Les députés britanniques ont retoqué mardi pour la deuxième fois l’accord de Brexit malgré les ultimes modifications obtenues la veille par Theresa May, plongeant le Royaume-Uni dans l’inconnu à 17 jours de la date prévue de la sortie de l’Union européenne.

Le Traité de retrait de l’UE, conçu pour permettre une sortie en douceur du Royaume-Uni de l’Union européenne, a été largement recalé par 391 voix contre 242. La Chambre des communes l’avait déjà rejeté massivement une première fois le 15 janvier.

Parmi les premiers à réagir, le porte-parole du président du Conseil européen Donald Tusk a estimé que ce rejet avait accru de façon « significative » le risque d’un Brexit sans accord, redouté par les milieux économiques.

« On n’ira pas jusqu’au Brexit! Le Brexit est mort! ». Quelque 300 europhiles rassemblés devant le Parlement britannique ont applaudi mardi soir le rejet de l’accord de divorce.

« L’impasse peut uniquement être surmontée par le Royaume-Uni », a déclaré le négociateur de l’UE pour le Brexit Michel Barnier, ajoutant que les préparatifs de l’UE en cas de divorce sans accord « étaient maintenant plus importants que jamais ».

« La France regrette le vote de ce soir », a de son côté déclaré la présidence française, ajoutant que Paris ne pourrait « en aucun cas accepter une extension (de la date du Brexit) sans une stratégie alternative, crédible, de la part du Royaume-Uni ».

Le chef de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn a lui estimé que l’accord de Mme May était « clairement mort ».

Ce vote est un cinglant désaveu pour la Première ministre conservatrice qui a âprement négocié ce texte de près de 600 pages pendant de longs mois, et pose la question de sa survie à la tête de l’exécutif.

« Je regrette profondément la décision que cette chambre a prise », a-t-elle déclaré immédiatement après le vote, l’air fatigué et la voix enrouée, comme une métaphore des difficultés qu’elle rencontre dans ce processus d’une incroyable complexité, né du vote des Britanniques en faveur du Brexit lors du référendum du 23 juin 2016.

Avant de demander à la Chambre des communes ce qu’elle veut désormais: « Souhaite-t-elle révoquer l’article 50 (qui a lancé le processus de divorce, ndlr)? Veut-elle organiser un deuxième référendum ? Ou partir avec un accord, mais pas cet accord ? ».

 

EDEN TV Avec  AFP

Commentaires

Aucun commentaire Être le premier à donner son avi

Rédiger un commentaire

Vos données sont en sécurité! Votre adresse e-mail ne sera pas rendu publique. Nous ne partageons pas vos informations avec de tiers personnes. Les champs obligatoires sont marqués par *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.