Législatives au Gabon : l’opposition dénonce des fraudes
18 octobre 2018
0 commentaire
Share

Législatives au Gabon : l’opposition dénonce des fraudes

Le parti au pouvoir au Gabon a eu recours à des « fraudes » lors des élections législatives et locales du 6 octobre, ont dénoncé deux des principaux partis d’opposition.

« Il y a eu beaucoup de fraudes par le pouvoir lors de ces élections », a déclaré à l’AFP jeudi Alexandre Barro Chambrier, président du parti Rassemblement héritage et modernité (RHM), qui avait présenté des listes conjointes avec le principal parti d’opposition du Gabon, Union nationale (UN).

« Dans certaines circonscriptions, comme par exemple à Mekambo dans l’Ogooué-Ivindo (est), des résultats ont été manipulés », a indiqué M. Chambrier.

En conférence de presse mercredi, Zacharie Myboto, président de UN, a dénoncé plusieurs cas d’irrégularités ou d’achats de voix, selon le quotidien national L’Union jeudi.

Un chéquier à la main, M. Myboto a pointé du doigt un « achat des consciences » avec « ces chéquiers de cinq chèques cadeaux (…) d’une valeur de 25.000 FCFA » (38 euros), distribués par un candidat de la majorité à Mounana, dans le Haut-Ogooué (sud-est).

Les observateurs de l’Union africaine (UA) ont jugé l’élection « satisfaisante » et sans irrégularité. « Il est dommage que l’UA soit venue cautionner ces élections », a estimé jeudi M. Chambrier.

Cinq organisations de la société civile ont également fustigé l’UA et dénoncé des « fraudes », notamment des achats de voix aux abords des centres de vote et des transports d’électeurs par des candidats.

Plusieurs personnes ont affirmé à l’AFP qu’il leur avait été proposé de l’argent pour voter ou se faire transporter pour aller voter, par des partis d’opposition comme celui au pouvoir.

A Libreville, un militaire a par exemple affirmé avoir été payé « 20.000 francs CFA » (30 euros) pour voter en faveur d’un candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir).

Le PDG a obtenu une majorité parlementaire absolue au premier tour des élections législatives. Un second tour est prévu le 27 octobre, où 26 des 143 sièges à l’Assemblée sont encore à pourvoir.

Les résultats des municipales à un tour n’ont pas encore été annoncés par le Centre gabonais des élections (CGE).

Ces élections nationales, les premières depuis les présidentielles contestées de 2016 marquée par la violence, se sont déroulées dans le calme mais avec un fort taux d’abstention.

L’opposition s’est présentée en rangs dispersés après que Jean Ping, rival du président Ali Bongo lors de la présidentielle de 2016, eut boycotté les scrutins.

 

Avec  AFP

Commentaires

Aucun commentaire Être le premier à donner son avi

Rédiger un commentaire

Vos données sont en sécurité! Votre adresse e-mail ne sera pas rendu publique. Nous ne partageons pas vos informations avec de tiers personnes. Les champs obligatoires sont marqués par *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.