Iran : une foule immense appelle à venger un général Qassem Soleimani
6 janvier 2020
0 commentaire
Share

Iran : une foule immense appelle à venger un général Qassem Soleimani

Aux cris de « Mort à l’Amérique », une marée humaine en deuil a rendu lundi un vibrant hommage au général Qassem Soleimani, commandant le plus populaire d’Iran, appelant à le venger après son assassinat avec ses compagnons d’armes dans une attaque au drone américaine.

Sur un autre front des tensions exacerbées avec Washington, l’Iran a annoncé une nouvelle réduction de ses engagements contenus dans l’accord international conclu en 2015 pour garantir la nature purement civile des activités nucléaires iraniennes, un pacte désormais presque vidé de sa substance.

Le président américain Donald Trump, qui s’est retiré unilatéralement en 2018 de l’accord, a réaffirmé qu’il ne laisserait pas l’Iran se doter de l’arme nucléaire. Encore parties au pacte, les Européens ont dit « regretter profondément » l’annonce iranienne sur la levée de toute limite sur l’enrichissement d’uranium.

Face à la crise entre Téhéran et Washington, des ennemis jurés, et le risque d’une déflagration, une réunion extraordinaire de l’OTAN se tient lundi à Bruxelles, et la chancelière allemande Angela Merkel rencontre samedi à Moscou le président russe Vladimir Poutine.

Comme à Ahvaz (sud-ouest) et Machhad (nord-est) la veille, les Iraniens se sont déplacés en masse à Téhéran, noire de monde, pour honorer Qassem Soleimani, figure charismatique et très populaire en Iran, tué vendredi avec son lieutenant irakien et huit autres personnes près de l’aéroport de Bagdad.

Retenant difficilement ses larmes, le guide suprême Ali Khamenei a présidé une courte prière des morts à l’Université de Téhéran, devant les cercueils contenant les restes de Soleimani, d’Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi (paramilitaires irakiens pro-Iran) et de quatre Iraniens.

« La dernière fois que je me souviens d’une telle foule, c’était aux funérailles il y a 30 ans de l’imam Khomeiny », fondateur de la République islamique d’Iran, a déclaré à l’AFP Maziar Khosravi, l’ex-chef du service politique du quotidien réformateur Charq.

Estimée à « plusieurs millions » par la télévision d’Etat, la foule alterne entre moments de recueillement et de tristesse, et des explosions de colère aux cris de « Mort à l’Amérique », « Mort à Israël ».

Avec AFP

Commentaires

Aucun commentaire Être le premier à donner son avi

Rédiger un commentaire

Vos données sont en sécurité! Votre adresse e-mail ne sera pas rendu publique. Nous ne partageons pas vos informations avec de tiers personnes. Les champs obligatoires sont marqués par *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.