« Gilets jaunes »: l’exécutif recule en espérant « l’apaisement »
4 décembre 2018
0 commentaire
Share

« Gilets jaunes »: l’exécutif recule en espérant « l’apaisement »

Un recul pour sortir enfin de la crise des « gilets jaunes » ? Le Premier ministre a annoncé mardi la suspension de plusieurs mesures fiscales pour « ramener l’apaisement », mais sans convaincre, ni l’opposition, ni les protestataires.

Englué dans une crise qui a atteint un paroxysme samedi avec des scènes de guérilla urbaine à Paris, l’exécutif a fait des concessions, espérant qu’elles suffiront à calmer la colère qui secoue le pays et suscite la stupeur dans le reste du monde depuis trois semaines.

Envoyé en première ligne, c’est le Premier ministre Edouard Philippe qui, dans une déclaration depuis l’hôtel Matignon, a décliné les trois mesures censées « ramener l’apaisement et la sérénité dans le pays ».

Cible de toutes les critiques depuis la première journée de mobilisation contre la hausse des taxes sur les carburants, le 17 novembre, Emmanuel Macron a brièvement reçu un « gilet jaune » à l’Elysée mardi.

Le président, dont la cote de confiance a atteint un nouveau plus bas (23%, -6), selon un sondage Ifop-Fiducial publié mardi, n’a pas prévu de s’exprimer dans l’immédiat, a indiqué la présidence.

Le plan de sortie de crise, acté lundi soir à l’Élysée lors d’une réunion interministérielle, comprend un moratoire de six mois sur la hausse de la taxe carbone, un gel des tarifs du gaz et de l’électricité cet hiver et aucun durcissement du contrôle technique automobile avant l’été.

Ces mesures devraient entraîner un manque à gagner de près de deux milliards d’euros pour les finances publiques, équivalant à 0,1 point de produit intérieur brut (PIB). Sachant que, selon Bercy, la mobilisation des « gilets jaunes » a déjà, à quelques semaines des fêtes de Noël, un impact « sévère et continu » sur l’économie.

« Le cap de la réduction de la dette sera tenu », a cependant insisté le ministre des Finances, Bruno Le Maire, depuis Bruxelles.

– « Unité de la Nation » –

« Aucune taxe ne mérite de mettre en danger l’unité de la Nation », a fait valoir Edouard Philippe, appelant les « gilets jaunes » qui ont prévu de manifester une nouvelle fois samedi à le faire « dans le calme.

La concertation locale qui sera engagée jusqu’au 1er mars servira, a ajouté le Premier ministre, à « améliorer » et « compléter » ces mesures « d’accompagnement justes et efficaces ». « Si nous ne les trouvons pas, nous en tirerons les conséquences », a-t-il précisé, signifiant que le gel pourrait le cas échéant se transformer en abandon pur et simple.

 

Avec  AFP

Commentaires

Aucun commentaire Être le premier à donner son avi

Rédiger un commentaire

Vos données sont en sécurité! Votre adresse e-mail ne sera pas rendu publique. Nous ne partageons pas vos informations avec de tiers personnes. Les champs obligatoires sont marqués par *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.