Egypte : le pape François dénonce les violences au « nom de Dieu » et populisme
28 avril 2017
0 commentaire
Share

Egypte : le pape François dénonce les violences au « nom de Dieu » et populisme

Le pape François a dénoncé les violences perpétrées « au nom de Dieu » et le populisme menaçant la paix, lors de sa première visite ce vendredi en Egypte secouée au début du mois par des attentats sanglants contre la minorité chrétienne.

Placée sous haute sécurité, la visite éclair du pontife argentin intervient trois semaines après deux attaques le 9 avril contre des églises coptes orthodoxes qui ont fait 45 morts et ont été revendiquées par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

« Aucune violence ne peut être perpétrée au nom de Dieu, parce qu’elle profanerait son Nom », a lancé le pape dans un discours prononcé lors d’une conférence organisée par l’institution sunnite Al-Azhar où il s’est rendu après son arrivée en début d’après-midi au Caire.

Pour ce premier séjour du pape dans le plus peuplé des pays arabes, placé sous état d’urgence, policiers et militaires étaient omniprésents dans les rues de la capitale égyptienne, coupées à la circulation.

Les abords de la Nonciature apostolique, où le pape doit séjourner, étaient fermés à la circulation vendredi. Et près de la cathédrale, siège de l’église orthodoxe copte, des blindés étaient stationnés.

Le pape François s’est rendu au palais présidentiel pour une rencontre avec le président Abdel Fattah al-Sissi. Il s’est ensuite rendu à l’institution d’Al-Azhar où il a été accueilli par le grand imam, cheikh Ahmed al-Tayeb, et doit plus tard voir le pape copte orthodoxe Tawadros II.

Dans son discours, le pape a fustigé les « populismes démagogiques » qui selon lui « n’aident pas à consolider la paix et la stabilité ». « Aucune incitation à la violence ne garantira la paix », a-t-il martelé sans citer d’exemple à ses yeux de gouvernement populiste.

Il a aussi appelé à « bloquer les flux d’argent et d’armes » pour « prévenir les conflits et édifier la paix ».

Sa visite vise notamment à réchauffer les relations entre Al-Azhar et le Vatican, qui s’étaient crispées après des propos controversés en 2006 du pape Benoît XVI semblant associer islam et violence.

Avec AFP

Commentaires

Aucun commentaire Être le premier à donner son avi

Rédiger un commentaire

Vos données sont en sécurité! Votre adresse e-mail ne sera pas rendu publique. Nous ne partageons pas vos informations avec de tiers personnes. Les champs obligatoires sont marqués par *