Centrafrique : des dizaines de morts dans les violences du weekend à Bria
28 janvier 2020
0 commentaire
Share

Centrafrique : des dizaines de morts dans les violences du weekend à Bria

Des dizaines de personnes ont été tuées le week-end dernier dans des affrontements intercommunautaires entre miliciens à Bria, ville diamantifère de l’est de la Centrafrique au coeur des conflits qui ravagent ce pays depuis près de 20 ans.

« Il y a une cinquantaine de morts. Certains corps ont été directement enterrés par les familles, donc il est difficile de donner un chiffre précis », a déclaré mardi à l’AFP le préfet de la Haute Kotto, Evariste Binguinidji, présent sur place.

« Le bilan établi par le préfet me semble crédible », a affirmé le président de la Croix rouge centrafricaine Antoine Mbaobogo. Il a précisé à l’AFP que son organisation avait établi dès lundi un bilan de 35 morts et 17 blessés.
Divers groupes armés et milices d’autodéfense se disputent le contrôle de Bria, cité riche en diamants, depuis que la Séléka, coalition de groupes rebelles, a pris le contrôle de cette partie du pays dès 2012.

Les affrontements ont commencé samedi soir et ont pris fin dimanche, alors que les forces de la mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) se déployaient dans la ville. Les déplacés se comptent par milliers, selon les organisations humanitaires présentes à Bria.

« Une médiation à eu lieu avec la Minusca, les autorités et les représentants des groupes armés. La ville est calme. Les groupes armés ont retiré leurs troupes du centre-ville et les déplacés commencent à revenir », selon le préfet.

« La maison de mes parents a été incendiée », explique Mahamat, un conducteur de taxi joint au téléphone par l’AFP. « Ils sont partis se réfugier dans le quartier peul. Maintenant, ça va mieux. Les gens sont revenus faire leurs achats sur le marché central ».

Avec AFP

Commentaires

Aucun commentaire Être le premier à donner son avi

Rédiger un commentaire

Vos données sont en sécurité! Votre adresse e-mail ne sera pas rendu publique. Nous ne partageons pas vos informations avec de tiers personnes. Les champs obligatoires sont marqués par *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.