Algérie: après le chef d’état-major, un autre fidèle lâche Bouteflika
27 mars 2019
0 commentaire
Share

Algérie: après le chef d’état-major, un autre fidèle lâche Bouteflika

Après le plus haut gradé de l’armée, Abdelaziz Bouteflika, affaibli par la maladie et contesté par la rue, a été lâché mercredi par un autre fidèle, l’ex-Premier ministre Ahmed Ouyahia et son parti RND, qui ont réclamé la démission du président algérien.

Cible depuis le 22 février d’une contestation sans précédent en deux décennies de pouvoir, M. Bouteflika est toujours en fonctions, et son sort n’est pas scellé. Mais il semble de plus en plus isolé et privé de soutiens, face à une mobilisation populaire qui ne faiblit pas.

Mercredi, le coup a été porté par le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), principal allié du Front de libération nationale (FLN) de M. Bouteflika, Ahmed Ouyahia.

Dans un communiqué signé de ce fidèle du chef de l’Etat –qui occupait encore le poste Premier ministre il y a quelques semaines–, le RND « recommande la démission du président de la République (…) dans le but de faciliter la période de transition ».

La veille, le chef d’état-major de l’armée, le général Ahmed Gaïd Salah, autre fidèle de M. Bouteflika –qui l’a nommé à ce poste en 2004–, a lui proposé l’application de l’article 102 de la Constitution pour sortir de la crise née d’un mois de manifestations.

Cet article organise l’intérim en cas de démission du chef de l’Etat ou d’incapacité à assumer ses fonctions « pour cause de maladie grave et durable ».

 

EDEN TV  avec  AFP

Commentaires

Aucun commentaire Être le premier à donner son avi

Rédiger un commentaire

Vos données sont en sécurité! Votre adresse e-mail ne sera pas rendu publique. Nous ne partageons pas vos informations avec de tiers personnes. Les champs obligatoires sont marqués par *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.