Agression sexuelle : Valéry Giscard d’Estaing visé par une enquête
12 mai 2020
0 commentaire
Share

Agression sexuelle : Valéry Giscard d’Estaing visé par une enquête

A 94 ans, Valéry Giscard d’Estaing fait l’objet depuis lundi d’une enquête à Paris pour agression sexuelle, après la plainte d’une journaliste allemande qui accuse l’ancien président de la République de lui avoir touché les fesses lors d’une interview fin 2018.

Ann-Kathrin Stracke, journaliste de 37 ans à la télévision publique allemande WDR, avait écrit le 10 mars au parquet de Paris pour dénoncer les gestes qu’aurait effectué l’actuel membre du Conseil Constitutionnel lors d’une interview réalisée dans son bureau parisien.

undi, le parquet de Paris a annoncé à l’AFP avoir ouvert une enquête pour des faits d' »agression sexuelle » et avoir confié les investigations à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).
Contacté par l’AFP, l’avocat de l’ancien chef d’Etat n’a pas souhaité faire de commentaire dans l’immédiat.

La journaliste Ann-Kathrin Stracke, 37 ans travaille pour la télévision publique allemande WDRAnn-Kathrin Stracke
(AFP)

« Je suis heureuse d’apprendre que le ministère public a enregistré ma plainte pénale et a décidé d’ouvrir une enquête », a réagi de son côté Mme Stracke auprès de l’AFP. « Je suis, bien entendu, à la disposition de la justice française dans le cadre de cette enquête », a-t-elle ajouté.

« J’ai décidé de raconter mon histoire parce que je pense que les gens doivent savoir qu’un ancien président français a harcelé sexuellement une journaliste, en l’occurrence moi, après une interview », avait-elle expliqué jeudi à l’AFP, confirmant l’information de cette plainte dévoilée la veille par Le Monde et le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung.

Les faits se seraient produits le 18 décembre 2018 pendant une interview avec Valéry Giscard d’Estaing à l’occasion du 100e anniversaire de la naissance d’Helmut Schmidt, ex-chancelier allemand qu’il a côtoyé au cours de son mandat à l’Elysée (1974-1981).

« Après l’interview, j’ai demandé à pouvoir faire une photo avec M. d’Estaing et mes collègues. Cette photo a été prise par son assistante qui était dans la pièce. J’étais debout à gauche de +VGE+ et, pendant la photo, il a mis sa main sur ma taille gauche, qui a ensuite glissé plus loin vers mes fesses et est restée là », a déclaré Mme Stracke à l’AFP.

Les faits se seraient produits le 18 décembre 2018 pendant une interview avec Valéry Giscard d’Estaing à l’occasion du 100e anniversaire de la naissance d’Helmut Schmidt, ex-chancelier allemand qu’il a côtoyé au cours de son mandat à l’Elysée (1974-1981).

« Après l’interview, j’ai demandé à pouvoir faire une photo avec M. d’Estaing et mes collègues. Cette photo a été prise par son assistante qui était dans la pièce. J’étais debout à gauche de +VGE+ et, pendant la photo, il a mis sa main sur ma taille gauche, qui a ensuite glissé plus loin vers mes fesses et est restée là », a déclaré Mme Stracke à l’AFP.

Avec AFP

Commentaires

Aucun commentaire Être le premier à donner son avi

Rédiger un commentaire

Vos données sont en sécurité! Votre adresse e-mail ne sera pas rendu publique. Nous ne partageons pas vos informations avec de tiers personnes. Les champs obligatoires sont marqués par *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.