Afrique du Sud: un millier de mineurs secourus après 30 heures sous terre
2 février 2018
0 commentaire
Share

Afrique du Sud: un millier de mineurs secourus après 30 heures sous terre

Un millier de mineurs piégés dans une mine d’or d’Afrique du Sud par une panne d’électricité ont pu remonter vendredi à la surface sains et saufs, après une trentaine d’heures d’inquiétude qui ont relancé la polémique sur la sécurité dans cette industrie.

« Tout le monde est sorti », a annoncé à l’aube, soulagé, un porte-parole de l’exploitant de la mine, le groupe Sibanye Gold.

Tous les salariés coincés sont remontés sains et saufs, a précisé à l’AFP James Wellsted, qui n’a fait état que d’une poignée de « cas de déshydratation et d’hypertension sans conséquence ».

« C’était stressant. Il n’y avait pas beaucoup de ventilation », a raconté à l’AFP un des mineurs, Mike Khonto, en ressortant à l’air libre. « Heureusement, nos chefs nous ont fait parvenir de la nourriture et de l’eau ».

Les ouvriers de la mine de Beatrix, près de Welkom (centre), étaient retenus à plusieurs centaines de mètres sous terre depuis un violent orage survenu mercredi soir, qui a coupé l’électricité et bloqué les ascenseurs qui descendent au fond des galeries.

Les générateurs censés prendre le relais n’ont pas tous fonctionné, piégeant une grande partie de l’équipe de nuit.

Plus de 300 mineurs ont pu remonter dès jeudi matin des puits 1 et 4 mais 955 autres sont restés prisonniers au pied du puits 3 jusqu’au rétablissement du courant et la remise en service des ascenseurs vendredi dans la nuit.

En l’espace de deux heures, tous les mineurs ont été remontés en surface et ont quitté la mine en bus, casque sur la tête et sourire aux lèvres, a constaté une journaliste de l’AFP.

« On est soulagés », a lâché une jeune femme qui a passé la nuit dans sa voiture, aux portes de la mine, dans l’attente de nouvelles de son oncle.

Avec AFP

Commentaires

Aucun commentaire Être le premier à donner son avi

Rédiger un commentaire

Vos données sont en sécurité! Votre adresse e-mail ne sera pas rendu publique. Nous ne partageons pas vos informations avec de tiers personnes. Les champs obligatoires sont marqués par *